Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2014

Ma femme, un poulet aux hormones?

Et oui...

Fallait bien que ça arrive...

On a attaqué le protocole de FIV.

Ma femme commence donc sa transformation en un immense poulet aux hormones...

Dans le jargon médical, on appelle ça la stimulation.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le déroulement d'une FIV, ouvrez vous esgourdes, ça va envoyer!

 

Le démarrage, le blocage 

On va donc commence par mettre les ovaires de Madame, au repos, les médecins appellent ça le blocage. Ca va consister à mettre les ovaires en ménopause artificielle. Perso, rien qu'à l'écrire, je trouve ça glauque... Mais on n'a rien sans rien comme ils disent non?

D'un point de vue pratique en revanche, pas trop à se plaindre, le produit se présente sous la forme d'un spray nasal là où il y a quelques années, nos Dames devaient se piquer tous les jours. Seule contrainte, le spray doit être fait toutes les 12h, précisément(au pire à 15 minutes près). Et déjà, ça vient foutre le merdier dans notre quotidien. Etre levé tous les jours pour 7h, être à la maison tous les soirs à 19h, ça devient vite contraignant et surtout assez voyant, quand tu veux garder tout ça pour l'intimité de ton couple. Tu dois bouffer chez des amis un soir? Il va falloir arriver un peu tard ou expliquer clairement à nos hôtes pourquoi Madame se tient la tête en arrière depuis 5 minutes (c'est indiqué sur le mode opératoire du spray, pour s'assurer qu'il pénètre bien dans les muqueuses nasales). Et le lendemain, alors que tu espérais une grasse matinée, ben non va falloir te lever faire ton spray. De nature pas trop misogyne, j'essayais d'accompagner au mieux ma chérie dans tout ce merdier, mais ce n'était pas facile tous les jours.

Alors on me dira que c'est rien et que quand bébé sera là, ce sera bien pire... Je sais. Sauf que bébé n'est PAS là! Et que le spectre de faire tout ça pour rien est bien là! (je n'ai pas de stats officielles sur les taux de réussite des FIV, mais je crois que c'est moins de 40% ...) Au final, on se motive, on s'habitue, ça va pas durer si longtemps après tout.. Hein? Ca va pas durer trop longtemps?

 

On attaque le gros, la stimulation et les premières fatigues : 

Autant le dire de suite, les couples étant phobiques ou craintifs des aiguilles, des piqûres ou des injections vont avoir du mal. Par chance, ce n'était pas notre cas. Madame était même déjà surentraînée après près de 3 ans d'injections hebdo pour une désensibilisation allergique(terminée un mois avant le début de la FIV, il est pas beau notre calendrier?) .

On va donc mettre en place à la maison, notre petit rituel du soir, tous les deux, avec lavage de mains, préparation du matériel, nettoyage à l'alcool du bidon de Madame, préparation de la dose de produit et hop injection, re-nettoyage rapide après injection, pansement et bisou pour rendre la chose moins triste.

Car oui, ces putains de piqûres, j'ai trouvé ça triste. Triste à en crever! Voir ma Femme se piquer dans le ventre, puis au-dessus du genoux, j'avais l'impression de vivre avec une toxico qui s'injectait de la merde pour essayer de trouver un peu de bonheur. Le pire, c'est que c'était exactement ça...

En parallèle de la stimulation, il va maintenant falloir aller faire des écho ovariennes(par le bas mesdames, pour que vous compreniez à quel point la chose est agréable...). Ah oui, et tous les 2 jours, pour vérifier que les ovaires réagissent, mais pas trop et qu'on puisse adapter le taux de stimulation en fonction des résultats. Considérant qu'on habite à 50km de notre PMA, que tous les matins, ce sont plus d'une 40aine de femmes qui débarquent pour la même chose, on tâchait d'y aller au plus tôt pour éviter trop d'attente et d'arriver en retard au boulot après... Réveil à 4h30 donc... La journée terminé à 18h est longue... Très longue...

Et pendant tout ce temps, le spray nasale continuera, histoire de charger un peu plus l'organisme de ma chère et tendre...

Ces piqûres quotidiennes dureront près de deux longues semaines, jusqu'au moment fatidique de la ponction qui sera le point culminant de tout ce travail...

Durant tout ce temps, Madame fera énormément d'efforts pour supporter ce traitement de cheval. Dans mon ressenti, toutes ces hormones sont destructrices et il doit falloir pas mal de temps au corps pour évacuer le surplus et reprendre des rythmes plus ou moins naturels...

 

Notre vécu: 

Voilà une étape que Madame a beaucoup mieux vécu que moi.

Son attente de pouvoir essayer quelque chose lui a rendu la chose bien plus supportable. De mon côté, c'était très difficile de la voire s'infliger ça juste parce que MON spermogramme était pourri. (Notez la façon de dire que c'est le spermogramme qui est pourri au lieu d'assumer qu'en fait, ce sont mes bourses qui sont incompétentes, on se protège comme on peut ^^)

Car oui il faut bien garder ça en tête, la FIV est généralement là pour compenser les lacunes du spermogramme, pas pour les problèmes d'ovulation ou autre... Pour ça il y a les inséminations et autres méthodes qu'on n'a même pas testées.

Ajoutez à ça qu'il a fallu continuer d'aller bosser, dans une période où j'avais pas mal de pression (pour les informaticiens, on étant à moins de 2 mois d'une MEP majeure). Ca a été dur. Trop dur. Sur la fin, j'ai fini chez mon généraliste à lui quémander 2 jours d'arrêt pour pouvoir me reposer un peu. Décision salutaire s'il en est. Je pense que Madame n'en pouvait plus de me soutenir alors que c'est elle qui avait le plus à supporter.

Espérons que je serai de meilleur soutien quand bébé pointera le bout de son nez...

 

26/05/2014

Retour en PMA

Pour mémoire, on en était resté à l'acupuncture...

Les résultats n'ayant pas été suffisamment rapides et efficaces à notre gout, nous voilà de retour au service de PMA de l'HFME (Hôpital Femme-Mère-Enfant) de Lyon.

A l'aide de tous mes examens déjà passés, notre endocrinologue/andrologue/dernier espoir, spécialisé en biologie de la reproduction commencera par nous offrir une nouvelle perspective de trouble, avec une nouvelle formulation savante : la fragmentation ADN.

La fragmentation, kézaoko? En gros il s'agit de la qualité du matériel ADN véhiculé par les spermatozoïdes. Plus le taux est élevé, plus le code génétique porté risque de déconner et ne de pas permettre de développer une grossesse. Ça ne change rien aux problèmes de fécondation, mais ça peut faire foirer la grossesse après...

Pour essayer de combler ce manque, je vais donc me doper. De manière assez abondante. Vous aimez la Vitamine C? Et ben il vaudrait mieux pour vous parce que vous allez en bouffer!! Et pas qu'un peu! Démarré, à moins de 1g par jour(en général, en période de fatigue, on te colle à 0.5g/j), je suis rapidement monté à près de 1.5g. Et même si on nous dit qu'il n'y a pas de dépendance, après plusieurs mois d'un tel traitement, je sens que l'arrêt va faire mal...

Quoi qu'il en soit, je suis manifestement assez réceptif à ce traitement puisque 3 mois plus tard, mon taux de fragmentation redescend jusqu'à 16% (leur limite pour passer en FIV se situe à 15, autant dire qu'on y est presque!).

Et voici donc notre professeur qui nous colle le tampon : "Ok pour FIV ICSI"...

Tout ça a tout de même pris presque 6 mois (le temps du diagnostic de fragmentation + 3 mois de traitement + réexamen + le temps de lancer le protocole).

Et bien malgré tout ce temps, on se dit que bordel, ça s'accélère!!! On va pouvoir passer la vitesse supérieur et essayer quelque chose. Jusqu'ici, à part passer des examens et attendre le prochain échec pré-programmé, on n'avait pas grand chose à espérer. Maintenant, on nous dit qu'on va pouvoir essayer quelque chose, qu'on y a droit et qu'avec un peu de rigueur et de chance, ça devrait bien finir par marcher!!

Coté réaction : on a Madame qui pousse un "Enfin" de soulagement et Monsieur, Moi, qui flippe... Ça y est je me rapproche du fait accompli. Plus moyen de m'échapper, de plaider l'accident, ce bébé, je le veux et je l'aurai... Mais fichtre ça rassure pas!!!

.....

Et encore... Je n'ai en réalité aucune idée du parcours, que dis-je, du combat qui nous attend... Les FIV, c'est pas franchement conçu pour les petites natures!

 

22/05/2014

Les examens boursiers...

Ou comment se faire remettre les bourses en action (à défaut d'avoir des actions en bourse, ©Coluche il me semble)...

Petite note transverse, de guide de bienvenue au futur papa en PMA.

je vais ici tâcher de recenser le bonheur immense d'avoir pu passer toute une batterie de tests, examens et autres joyeusetés.

Le principal, le premier, le grand classique, j'ai nommé le spermogramme!

J'en ai déjà parlé ici. Pour ceux qui auraient raté l'info, je vais y revenir.

Le but du spermogramme est de savoir si tes spermatozoïdes sont suffisamment compétitifs pour pouvoir envisager une nuit d'amour avec l'ovule de Madame.

Concrètement, on va mesurer leur nombre, leur forme, leur mobilité, leur taux de survie (there can be only one!) et d'autres choses encore...

Pour toi, futur papa, il va te falloir aller faire un tour dans un labo privé ou dans celui du service de PMA le plus proche. Tu vas y rencontrer des secrétaires plus ou moins habituées à recevoir des hommes pour ce genre d'examens et surtout pas forcément capables de te mettre à l'aise. (je ne leur jette pas la pierre, ce n'est pas forcément fun de voir arriver des gros autistes tout frustré et déjà flippé du futur résultat) Moi, le premier, c'était dans un labo privé avec des secrétaires sympas mais qui ne m'ont pas mis hyper à l'aise. Pour les examens plus récents, je les ai fait au centre de PMA où on est suivi et je les ai trouvées plus avenantes (mais c'est peut-être moi qui me détend à la longue).

Ensuite tu auras un joli protocole d’hygiène à passer et puis il te faudra te branler dans un gobelet...

Avec les questions que je pense inévitables : y'en aura assez? et les autres gars ils à éjaculer plus que moi? j'ai pas été trop rapide? j'veux pas passer pour un éjac précoce! et si les résultats étaient catastrophiques, et si ça me foutait une panne et que j'y passais 2heures???

Ces questions, laisse-les au placard. Tout le monde se fout que tu puisses t'astiquer en 2m30 chrono ou que ça prenne 40 minutes (de toute façon, par la répétition du prélèvement, tu apprendras à faire vite et utile). 

Pour la quantité de substance produite, tu t'en fous aussi, des gars peuvent éjaculer des litres et être stériles. Les seules quantités importantes sont celles qui ne seront vues qu'au microscope. 

Mon conseil, si tu as besoin d'un stimulant, ne compte pas sur les revues cachées dans le tiroir et datant des années 20. Au choix, je te conseillerais sois les technologies actuelles, soit mieux, un brin d'imagination sur la prochaine partie à faire avec Madame dans des conditions optimales.

Dans tous les cas, tâche de t'habituer à cet examen, tu vas en refaire a priori assez souvent, au moins tous les 3 mois pour vérifier si le traitement de cheval qu'on t'a collé fait effet ou pas...

 

Palpation, examen de surface, et plus si affinités :

En fonction de tes résultats on va t'envoyer faire d'autres examens pour affiner les causes des éventuelles problèmes. De mon coté, j'ai été voir une urologue qui devait essayer de voir pourquoi mes zozo étaient autant difformes et si peu nombreux à survivre (et si peu nombreux en règle générale).

Là, une nouvelle épreuve t'attend ami futur papa...

Tu te retrouves dans le cabinet d'un spécialiste, généralement quartiers chics, vieil immeuble, plafond à 4m50, et des vieux de partout... Euh... Attend... Des vieux???? Mais je viens pour des problèmes de procréation moi!!! Ouais mais c'est une urologue, spécialiste donc de tout l'appareillage masculin. et ben les vieux incontinents, il faut bien qu'il aille voir quelqu'un aussi!

Je me suis donc déshabillé dans un bureau de 60m², derrière un pauvre paravent, pour me faire palper les bourses à la recherche d'une malformation, d'un problème de positionnement ou autre anomalie dont personne n'a jamais vraiment entendu parler...

Dans la série, moment de solitude, c'est déjà pas mal...

Je vais pas te raconter ma vie, mes peurs, mes angoisses et ma pudeur, mais disons que montrer mon sexe à une inconnue dans un contexte qui m'est aussi étranger, bah c'est pas évident. Et à tous les gros bourrins de service qui oseraient tenter le "nan mais trop cool en plus si elle est bonne ça le fait trop quoi!!!"

NON.

Ca le fait pas du tout. Bonne ou pas, de toute façon tu viens là pour faire un gamin à te femme! De quel droit tu aurais une pensée sexuelle avec une nana dont tu connais mieux le titre que le prénom? Si tu arrives à t'exciter par une telle pensée, va te faire soigner fissa. Ca n'a rien d'excitant. C'est même plutôt humiliant. Je réserve habituellement la présentation de mes parties à l'intimité de mon couple. (Alors oui mesdames, vous devez faire ça régulièrement chez le gynéco, et bien sachez que je ne vous envie pas et que je vous admire de pouvoir supporter ça aussi souvent).

Au final, ça fera 100 euros pas inclus dans la prise en charge à 100% du dossier de pma... Dans taggle!

 

Une petite écho des roubignoles monsieur?

Pas de problèmes structurels majeurs? (ie : t'as 2 couilles, elles ont l'air normales, ta quéquette aussi)

Je ne sais pas si c'est une bonne ou une mauvaise nouvelle. Ok il n'y a pas de souci de ce coté là, mais dans ce cas, ils viennent d'où les soucis? On va me faire faire quoi après?

Et bah on va passer une écho des testicules. Parce que si les zozos sont pas folichons, c'est parce qu'il fait trop chaud là-dessous(a priori). Et s'il fait trop chaud, c'est peut-être qu'une artère passe trop près de l'usine (ouais j'ai un peu oublié les détails, ça fait longtemps).

Donc cette fois, c'est rendez-vous chez un vieux doc à l'air un peu glauque qui va te foutre son vieux gel gluant et collant sur les couilles, te les comprimer à fond tout ça pour te dire qu'en fait non, tout va bien.

Tout va bien? ENCORE? Mais p*****!!!! NON! Tout ne va pas bien! Y'a pas de bébé dans le ventre de Madame!

Alors certes, ce tout va bien là était plutôt bienvenue, il m'a évité une opération qui aurait consisté en l'ablation de l'artère recherchée. Et cette opération-là, elle me faisait pas rêver... Pas du tout même!

 

Une dernière pour la route?

Celle-ci sera simple, rapide et relativement sans appel.

Je parle de la dernière palpation. Il ne s'agit pas de se faire tripoter les cacahuètes mais plutôt le pubis.

Conclusion : je suis gras du pubis et des cuisses. Conséquence : trop de chaleur pour les bijoux de famille, ça me tue mes zozos. Il va donc falloir perdre du poids, mais sans faire de sport, parce que ça réchauffe.......... Donc si tu es comme moi un gourmand invétéré avide de chocolat, de barbec, de raclettes et autres sources de gras(c'est la vie), tu vas en chier des ronds de chapeau comme il disait l'autre!

 

Voilà pour les examens que j'ai eu à passer.

Je sais qu'il en existe bien d'autres, plus ou moins sympas à faire. Je n'ai pas parlé des sempiternelles prises de sang, on en a a priori tous déjà fait une, même hors PMA.

Globalement, c'était pas vraiment sympa, mais on a vu pire et je n'ai pas trop eu à me plaindre sur les médecins rencontrés; Sans atteindre des sommités de sympathie, je n'ai pas eu l'impression de croiser de gros connards.