Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2016

2 ans aujourd'hui...

Une note en forme de bilan, pour garder le blog en vie et parce que ça peut faire du bien d'en parler aussi.

2 ans qu'on est arrivé au bout du protocole de la FIV.(à quelques "détails" près...)

Il y a 2 ans, à cette heure, tu prenais place dans le nidouille de maman!

On ne savait même pas si tu allais parvenir à t'accrocher à la vie et venir remplir à ce point là notre vie quelques mois plus tard! On ne savait pas si tu serais un garçon ou une fille. On ne se doutait pas que tu nous ferais d'ailleurs une bien belle blagounette à ce sujet.

On était bien loin d'imaginer tout ce qui allait nous arriver pendant ces deux années. Et quand je dis bien loin, je parle là de distances galactiques!!!

 

Pour commencer par le moins drôle, on ne s'attendait pas à en chier autant. On entend souvent les phrases "ah c'est QUE DU BONHEUR tu verras". Non mais ta gueule!!!
Que du bonheur? Tu as vu la profondeur de mes cernes? L'état de propreté de la maison? L'épaisseur de poussière sur mes instruments de musique?
Pourquoi personne ne parle jamais des coups de mou qu'on a tous en tant que parents? Sérieusement, si tu pètes jamais de plomb, soit t'es un mutant, soit t'es un menteur, soit tu t'occupes jamais de tes gosses. Parce que objectivement, si tu te dévoues un minimum à ta progéniture, il y aura forcément un moment où tu vas avoir envie de craquer, où tu vas te dire que t'étais bien tout seul avec ton/ta conjoint(e), voire même célibataire tiens!!! Tu vas te rendre compte que ça fait 8 mois que t'as pas pu te poser boire un pot avec tes potes, que ton excès mensuel du soir, c'est de te coucher à 23h même si tu sais que tu vas payer cet excès pendant une semaine le temps de récupérer!
Ah et puis la beauté des weekends... Non! Pas ces bons weekends à glander, prendre des apéros, faire des barbecs, de la musique, du jeu vidéo en attendant de revenir le lundi avec des trucs à raconter aux collègues! NON! Place aux samedi lessive/vaisselle/aspirateur/serpillère!!!
Et au boulot en ce début de semaine à la question "alors t'as fait quoi ce weekend?" Ben rien banane, comme tous les autres weekends! Comme si j'avais le temps d'aller m'amuser un peu! "Tu vas pas partir 2-3 jours bientôt?" Ben entre ce que me coute la crèche(on va pas se plaindre, on en a une), les couches et autres consommables, je pense qu'on va partir dans le jardin!!(pareil on se plaint pas, on en a un).

Bon... T'es toujours sur certains que c'est "QUE DU BONHEUR BIATCH!!!"?

Alors oui, on va me dire que je noircis volontairement le tableau... Mais pas tant que ça, j'ai juste mis bout à bout les plus grosses difficultés qu'on a pu rencontrer en tant que jeune parent... Et je me dis que le sort a été cool avec nous! Pas de handicap, des nuits faites assez tôt, un gamin plutôt sympa, une crèche d'enfer pour s'occuper de lui et une mutuelle qui couvre bien tous nos frais de santé.
Alors toi là! Oui toi! Toi jeunesse fougueuse en quête de parentalité, méfie toi! Ce qui t'attend à la sortie pourrait bien te surprendre!!

 

Te surprendre dans tous les sens du terme et de toutes les manières possibles. Oui oui! Car même si ce tableau bien nase fait partie de la réalité, il faut bien avouer qu'au final, c'est l'autre part du tableau qui vient et qui DOIT prendre le dessus sur le reste! Oui on l'aime notre bébé FIV. Oui il est magnifique(objectivement oui, si j’en juge par sa propension à draguer tout ce qui passe avec un simple petit regard droit dans les yeux). Oui il nous rend heureux au delà de ce qu'on aurait pu imaginer! Oui il nous permet de trouver en nous-même des ressources dont on ne soupçonnait absolument pas l'existence (être capable de se lever entre 2 vomissements de gastros pour se laver les mains, lui remettre une tétine, lui dire qu'on l'aime puis retourner vomir, j'aurais pas cru ça possible...).
Et puis il y a ce bonheur de le voir grandir, apprendre, progresser, devenir un petit Homme, découvrir son caractère, l'aider à le forger, le baigner d'un amour inconditionnel, lui promettre qu'on ne faillira pas à notre tâche de parents et chaque jour lutter pour tenir cette promesse et devenir des parents dont il pourra être fier quand il sera grand!
C’est bien cette capacité à aimer sans fin qui rend la parentalité si fabuleuse ! C’est aussi cette lourde responsabilité de faire grandir ce petit être totalement innocent, c’est aussi plus tard, tâcher de l’armer contre ce monde de merde, sans le transformer en monstre sanguinaire, c’est ce défi pour l’avenir !
C’est également cette curiosité qui ne nous quitte pas : que deviendra-t-il dans un mois ? dans un an ? dans 10 ans ? A quoi il ressemblera ? Deviendra-t-il timide et réservé ou au contraire charismatique et éminemment sociable? Aura-t-il une âme d’artiste ou sera-t-il un rationnel convaincu ? Sera-t-il tout cela à la fois ?
Si tu espères une bonne vieille routine avec un enfant, je pense que tu te trompes de voie… Prends des poissons rouges.

 

Si aujourd’hui, mon fils, je devais faire un pseudo bilan de ces 2 années, ce serait que je suis fier de n’avoir aucun regret.
J’ai l’impression de ne rien rater, de prendre suffisamment de temps pour te voir grandir et t’y aider du mieux que je peux. Depuis tes premiers soubresauts dans le ventre de ta mère jusqu’à tes dernières tentatives de cache-cache, j’ai toujours fait ce qui me semblait le plus important : faire de toi ma première priorité ! Alors c’est sur, il y a des jours où je le paie un peu fort quand tu ne veux pas être ailleurs que sur mes bras et que tu ne nous laisses que difficilement manger tranquillement. Mais même ça, tu es en train de l’apprendre : papa et maman t’aiment, même quand ils sont occupés et ne peuvent pas venir jouer avec toi !
Tu nous donnes cette confiance totale (sauf pour le mouchage, on l’a bien compris) et il est de notre devoir de ne jamais la décevoir, car je garde cette conviction que c’est par cette confiance que tu grandiras en toute sérénité et que tu pourras affronter toutes les épreuves face à toi, sachant que dans nos bras se trouveront le réconfort et l’aide dont tu pourrais avoir besoin !

C'est sur cette note pleine d'espoir que je clos ma note du jour! A bientôt tout le monde!!

 

06/02/2015

Ils vécurent heureux....

... et eurent un bel enfant!

BébéFiv est né début janvier 2015. Après une seule et unique tentative de FIV. Nous mesurons aujourd'hui la chance de que nous avons par rapport à d'autres couples. 2014 aura été une année riche, très riche en émotion, parfois trop, mais après tout, c'est ce qui fait l'intérêt d'une vie ne croyez-vous pas? Pour les curieux, c'est un garçon, il est magnifique, en bonne santé, il grandit bien et est doté d'une vitalité peu commune! Comme si la sélection non naturelle de la FIV avait permis de faire émerger celui qui en voulait le plus! Pour plus de détails à son sujet, contactez-moi directement!

Côté blog, il est aujourd'hui quelque peu à l'abandon, mais peu importe, il remplit pour moi pleinement son office. Lorsque je l'ai ouvert, j'avais 2 objectifs majeurs.

  • Le premier était d'offrir aux lecteurs une aventure en PMA qui soit positive. A l'ouverture de ces pages, nous savions déjà que la première FIV avait "accroché", bien que n'ayant aucune certitude concernant la suite des évènements. Quoi qu'il en soit, je voulais transmettre un message optimiste et positif pour les jeunes couples s'égarant sur ces pages en recherche de témoignages. De ce point de vue, si j'en juge par les requêtes google pointant chez moi et le nombre de mes visites quotidiennes, je suis satisfait. Je n'ai jamais objecté 4000 vues par jours... Je tourne entre 15 et 30, de manière particulièrement stable malgré le manque de renouveau, c'est que le contenu doit être pertinent. J'en suis heureux, très sincèrement.
  • Le deuxième objectif était plus personnel: il me fallait un exutoire. J'avais bien mal vécu une bonne partie de notre parcours et j'avais besoin de le raconter, pour dédramatiser, pour évacuer et aussi probablement pour être moins seul en m'imaginant ces futurs papas dans une détresse semblable à la mienne et trouvant peut-être de quoi se rassurer un peu en voyant qu'ils ne sont pas plus seuls que je ne le suis.

Tout ceci sonne comme un bilan qu'on tire après un long parcours, et c'est bien de cela dont il s'agit! C'est également une forme de conclusion à ce blog qui risque de ne plus être alimenté. Je pense y avoir raconté tout ce qui était important pour moi. Certains sujets sont restés à l'état de brouillon, soit par choix, soit par paresse, soit par "je sais pas je verrai plus tard". Peut-être qu'à l'occasion, je reviendrai les terminer... Ou pas. Au passage j'envoie ici mes hommages à William Roy de la BD "De père en FIV". J'aurais voulu l'honorer un peu et lui accorder un article à part entière tellement son bouquin m'a touché! (rien que d'y penser, j'ai une boule d'émotion qui monte avec une sévère envie de verser ma larme) J'ai également décidé de ne pas transformer cet espace en blog parental plus général, les ressources excellentes grouillant déjà massivement sur la toile, inutile de rajouter un exemplaire de qualité moindre, mes confrères papa blogueurs remplissent déjà ce rôle à merveille!

Tout ce qui devait être dit l'ayant été, il me reste à remercier les quelques personnes que j'ai pu rencontrer par ce blog. Même si ce furent des relations très "rédactionnelles", j'ai été content d'échanger quelques mots avec vous via twitter ou facebook, y'a vraiment de chouettes parents sur la blogo! Sachez les trouver!!! Je ferai juste une bise particulière à Miss Conboudu du blog Maman d'Amour qui a été mon premier contact avec la blogo! "Un commencement est un moment d'une délicatesse extrême"(un bon point pour celui qui me donnera l'origine de cette citation!) et sans elle, le blog aurait très certainement pris une autre tournure, je n'ai que peu de doutes à ce sujet!

A très bientôt tout le monde, ici ou ailleurs, et pour les curieux, vous pouvez retrouvez d'autres de mes élucubrations dans cette direction =>entremais=>blog=>commencement=>...

22/06/2014

Ca a marché! Pourquoi? Comment? Chronique de nos chances...

Notre première FIV est donc une réussite. Totale on pourrait même dire.

Et c'est tout aussi plaisant qu'inattendu. Avec le petit recul dont je dispose aujourd'hui, je vais tâcher de revenir sur ce qui a pu faire pencher la balance de la chance en notre faveur.

Ne maximisons pas nos troubles:

Tout d'abord, relativisons nos problèmes; commençons par les miens :

J'avais un spermogramme très moyen avec un taux de survie à 6h de 0% (ie : tous mes spermatozoides étaient mourrus au bout de 6h, normalement ça tient 24h, le temps de remonter le col de batailler avec les potes, de trouver le bel ovule et de passer le videur à l'entrée). Alors ok, pour faire un bébé couette, c'est foutu. En revanche, sur une fiv, la fécondation a lieu dans l'heure qui suit la sortie des troupes, ça rend déjà la chose beaucoup plus probable.

Ensuite, ils étaient plus ou moins tous difformes(on appelle ça tératospermie), ce qui laissait présager un bien piètre capital génétique et de faibles chances de survie en cas de fécondation. encore une fois, les protocoles de fiv incluent une sélection drastique des meilleurs specimens. En clair, au milieu d'une bande d'elephant men, on va essayer de trouver quelques Songoku bien bâtis.

Enfin, ils étaient peu nombreux, ce qui fait que la sélection lors de la montée du col allait s'apparenter à un génocide en règle. On n'attaque pas une nation avec 2 gusses en sandales. Encore une fois, la fiv permet de sélectionner les meilleurs et de leur faire prendre un gros raccourci en les mettant directement en présence d'un ovule bien en chair.

De mon coté donc, même si pour une conception naturelle, fallait pas trop y compter, la science nous permettait déjà d'y croire un peu plus. (et c'est bien ce que nous avait dit le tout premier gynéco de ma femme après mes premiers examens "avec une fiv, ça marchera") Il existe bien des cas beaucoup plus à plaindre que moi.

Passons ensuite aux problèmes de Madame : 

Une ovulation plus qu'erratique : qu'à cela ne tienne, la stimulation ovarienne est là pour pousser le corps à pondre de jolis oeufs! Ca évite bien des tests d'ovulation et crac-crac mécanique à heures médicales...

Plus pénibles : l'endométriose et des ovaires polykystiques. Là-dessus, la prudence était de rigueur. Seuls les personnels de l'HFME de Bron ont su en tenir compte. Souvenez-vous de notre premier service de PMA(par là): en gros Madame était trop grosse et la stimulation n'allait pas fonctionner, il allait falloir lui coller des doses de cheval. Discours de l'HFME : avec des ovaires polykystiques, il faut être très précautionneux, sans quoi on peut vous hyperstimuler et vous faire éclater les ovaires... Ici, la qualité de la prise en charge a permis de prendre en compte un problème mal connu sans mettre en danger Future Maman.

Les bonnes idées de notre parcours:

Parce que pendant toute notre quête de parentalité, on a eu quelques éclairs de lucidité sur certains points.

L'acupuncture : 

J'en parlais ici. On n'aura jamais de preuve formelle que ça a aidé. Néanmoins, attaquer une stimulation ovarienne avec des ovaires propres de tout microkyste et avec un volume d'endométriose bien contrôlé, je ne peux pas croire que ça n'ait pas été d'une aide précieuse. Un grand merci au Docteur Sun.(il nous a aussi traité de l'asthme, des problèmes de genoux, d'épaule,et j'en passe)

La rigueur des traitements :

Clairement, je pense qu'on fait partie des bons élèves. Tous nos traitements ont été suivi hyper scrupuleusement, que ce soit avant, pendant ou après le protocole. Toutes mes vitamines du matin, je ne les ai oublié que 2 ou 3 fois en plus de 6 mois de traitement. Pendant la stimulation, les consignes étaient de faire les injections à heure fixe, on n'a jamais dépassé de plus de 10 minutes. Bref, un comportement de premier de la classe, limite fayot, mais quand tu décides de faire confiance à une équipe, autant aller au bout de ce qu'ils proposent.

Notre hygiène de vie : 

Alors oui on est en surpoids autant moi que Madame. Certes on n'a pas réussi à perdre ce qu'on souhaitait ou ce qui nous était conseillé pour la FIV. Néanmoins, nous avons su stabiliser nos courbes de poids, perdre un peu en se mettant à manger mieux. Pas moins(gourmands que nous sommes!). Mieux. Moins de fastfood(préférer un bon burger maison avec un steak haché frais et des légumes du marché!), plus de fibres, de vitamines naturelles (pommes, bananes,agrumes...). On s'était également remis à faire un minimum de sport (badminton et hapkido pour moi, Karaté pour Madame). J'ai aussi arrêté les tupper plastique pour bouffer au boulot, j'ai levé le pied sur le téléphone dans la poche du pantalon, j'en ai acheté des plus amples pour éviter les montées de températures au niveau testiculaire.

A quoi tout ça a servi? A mon avis, principalement à rendre nos organismes plus robustes pour les moments de stress et de fatigues intenses. Et même sans preuves scientifiques formelle, je veux encore une fois croire que dans tout le protocole, cette démarche aura clairement servi à quelque chose! 

Le lâcher-prise : 

J'en parlais déjà ici suite à la lecture de ce très bon article de psychologie.com. Lors du démarrage du protocole, nous avons dressé une défense psychologique forte : la première ne marchera très probablement pas. Avec les stats de la PMA en France, être trop optimiste sur une première tentative nous semblait risqué. On s'est donc mis en tête que ce n'était qu'un coup d'essai et qu'il faudrait recommencer, nous déchargeant du même coup de pas mal de stress et d'attentes excessives. Au final il s'est passé ce que décrivait le médecin dans l'article cité plus haut.

Une équipe de pointe : 

"QUÆ SUNT CÆSARIS, CÆSARI", il faut rendre à césar ce qui est à  césar.

Nous avons vraiment eu une équipe formidable et ce, à tous les niveaux. Depuis les premiers rendez-vous jusqu'aux dernières phases de la fiv. Les médecins, professeurs, sages-femmes, secrétaires, tous ont fait montre d'une compétence rare et d'un humanisme particulièrement réconfortant.

Se lever à 4h du matin pour passer des échographies couperets tous les deux jours n'est pas forcément une partie de plaisir. Mais chaque matin, nous étions reçu par des sages-femmes douces, compréhensives, rassurantes, toujours souriantes, et ce malgré le démantèlement en règle de leur statut

Enfin, d'un point de vue purement technique, j'ai la sensation que notre équipe de PMA fait partie de ce qu'il se fait de mieux au moins en Rhône-Alpes (exemple). 

La chance:

Et oui, je pense qu'on a aussi eu un peu de chance, que Futur Bébé sera un wonder Baby qui va s'accrocher à la vie au moins autant qu'on s'accroche déjà à lui! Il a du avoir un forte volonté pour en arriver jusque là. De 13 embryons du départ, il sera le seul à avoir survécu. Je crois que je l'appelerai Highlander! :)